AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Faster Pussycat Kill! Kill! [Russ Meyer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phoebe
Djette polyvalente


Nombre de messages : 2270
Age : 41
Date d'inscription : 19/08/2006

MessageSujet: Faster Pussycat Kill! Kill! [Russ Meyer]   Mar 13 Fév - 20:25

OoOo WARNING : Film interdit au moins de 16 ans oOoO


Connaissez-vous Russ Meyer ? Non ?
Alors bienvenue dans son monde !



Bien qu’il n’ait pas fait de "grands" films, ce réalisateur est connu pour avoir développé une certaine esthétique cinématographique.
Les scénarios sont à chier, parfois, ils n’ont ni queue, ni tête, j’avoue, mais les images sont innovantes pour l’époque (1950-1979).




Citation :
Russell Albion Meyer est un réalisateur américain, né le 21 mars 1922 à Oakland (Californie) et décédé le 18 septembre 2004 à Hollywood Hills (Californie).
Il débute comme photographe durant la Seconde Guerre Mondiale pour ensuite officier dans la revue Playboy.
Après un court documentaire intitulé The French Peep Show, réalisé en 1950, il entame une carrière de cinéaste marginal et se distingue dès sa première œuvre de fiction, The Immoral Mr. Teas (1959).

Grâce au million de dollars de recettes engendré par ce long métrage, il finance lui-même ses réalisations suivantes.
Avec Le Désir dans les tripes (1965) et Faster, Pussycat! Kill! Kill! !, il impose son propre style : l'exploration d'une sexualité rurale à travers des intrigues rudimentaires mais pimentées de violence et servies par des héroïnes à la poitrine démesurée.

Et c’est ce qui caractérise les différents films de Russ Meyer.
Films déjantés, érotico-violent, porno-soft, baston et course-poursuite… rien qu’avec des meufs ! Ce type était un ouf.
J’ai commencé par m’intéresser à ses films au cours d’une analyse sur la source sonore champ/hors champs.

Citation :
Suite au succès remporté par Vixens (1968), il est contacté par les studios de la Twentieth Century Fox pour lesquels il met en scène La Vallée des plaisirs (1970), l'histoire d'un groupe de rockeuses prêtes à tout pour réussir à Hollywood, et The Seven minutes (1971), un drame interprété par John Carradine sur le procès d'un écrivain accusé de pornographie.
Pour retrouver le public qui n'était pas au rendez-vous de ce dernier film, Russ Meyer renoue avec son univers de nymphomanes vengeresses à travers les "kitchissimes" Supervixens (1975), Megavixens (1976) et Ultravixens (1979).
j'confirme, c'est kitschounet à souhait !

Citation :
Sa façon folle de délirer le cinéma n'est qu'une mise à sac des clichés de la série B hollywoodienne, une sorte de soulagement.
Dans les années 1980, il délaisse la caméra pour la plume, écrivant notamment son autobiographie. En 1999, Russ Meyer fait reparler de lui en portant plainte contre sa compagne Debra Angela Masson pour violence conjugale.
Il est mort chez lui, à Hollywood Hills, des suites d'une pneumonie et de démence.



Loin de desservir les atouts majeurs de la femme, Russ Meyer avait le don de savoir mettre en scène des caractères féminins forts. Il n’a pour moi aucune misogynie sous entendue. Il met juste en avant des nanas aux gros nibards mais ça les empêche pas d’être un peu sensées (pour ne pas dire intelligentes), dominatrices voire même violentes !
en tous cas, krès krès méchantes...



Les films de Russ Meyer sont devenus (pour certains) une référence d’un style cinématographique, synonyme de kitsch.
Il est inutile d’aller chercher plus loin les références du clip des Spice Girl Say you’ll be there, qui n’ont rien inventé du mouvement "Girl Power "!
ppfff ! putain d’clichés à la con !

En effet ce clip reprend, du moins dans l’idée, l’un des films de Meyer, Faster Pussycat Kill! Kill!

Mon préféré de Meyer !
Faster, Pussycat, Kill ! Kill ! (1966)


Synopsis :
Trois femmes sauvages (aux gros seins, on est chez Russ Meyer !), dans trois somptueuses voitures, décident de former un gang et se livrent à des pillages meurtriers.
Elles kidnappent et droguent la petite amie d’une de leurs victimes et se cachent dans un ranch isolé appartenant à un vieil homme infirme qui vit avec ses deux fils.
Cet homme détient et cache une grosse somme d’argent.
Les trois femmes tentent de séduire les deux fils afin de découvrir où est le butin.



J'ai trouvé une tite critique sympa :

Citation :
Amateurs de plastiques de rêve ...
Ce film mérite amplement l'attribut du meilleur film de Russ Meyer qui soit. Tout est parfait, l'esthétique (étant en noir blanc l'intérêt pour ce film n'en est que plus grand), le scénario (qui pourtant chez ce réalisateur est rarement très consistant il faut l'avouer), et surtout le jeu des actrices.



Citation :
Evidemment sans Tura Satana ce film n'aurait jamais été ce qu'il est : son rôle est magistral et aurait pu être joué par un homme tellement il respire la violence et le cynisme... mais pour notre plus grand bonheur il lui va comme un gant. Inutile de préciser qu'un autre des aspects les plus intéressants du film est l'aspect mammaire, car forcément ça crève les yeux ... mais ça c'est une autre histoire :p



Citation :
Nos trois plantureuses héroïnes incarnent à elles seules le féminisme qui commençait vraiment à s'installer à l'époque. Rien qu'au début du film on peut voir ces trois femmes affronter un homme à une course de voitures (et pas n'importe lesquelles), ce qui, admettons le franchement, n'est toujours pas considéré aujourd'hui comme un sport féminin, montrer cela dans les années 60 était donc novateur.
Les seuls hommes présents ensuite dans le film étant dégénérés ...

N’allez pô croire que je sois féministe…

Citation :
A l'époque ce film a marqué les esprits et est toujours vu aujourd'hui comme très représentatif de la rock n' roll attitude (en passant, le morceau du générique est un standard garage des années 60 du groupe The Bostweeds). Rien à jeter, ce film est un monument. D'ailleurs John Waters le dira lui-même: Faster Pussycat Kill Kill est le plus beau film jamais réalisé". Et il avait tout à fait raison ...

Critique sympa mais pas très objective…
Cette personne semble kiffer les femmes dominatrices à forte poitrine ainsi que les belles voitures…



Trailer

Pour ma part, ça reste LE film de Russ Meyer.
En même temps, j’en ai pas vu des masses !

A découvrir…

_________________
Quiconque demande reçoit, qui cherche... trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.misshill.net
Chrisy
Non hypnotisée mais grave droguée


Nombre de messages : 1016
Age : 37
Localisation : Holland
Date d'inscription : 17/08/2006

MessageSujet: Re: Faster Pussycat Kill! Kill! [Russ Meyer]   Mar 13 Fév - 22:57

ouhai j'connais un peu, j'acroche pas du tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tekchristek.spaces.live.com/
 
Faster Pussycat Kill! Kill! [Russ Meyer]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faster Pussycat
» Manowar-kill
» [16-18/09/10] - KILL-TOWN DEATH FEST
» 21-24 Avril 2011 - Kill - Allemagne
» 22 Octobre 2011 - Kill for Him Festival - Barcelone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tekitawa :: les restes du monde :: oO° Arts & Cultures °Oo :: Ciné-
Sauter vers: